Portrait


Gabriella Eisenring
Gabriella Eisenring

La découverte des danses grecques s’est fait par hasard lors d’un service civil international (SCI) en 1998 dans le village de Mali dans les montagnes du sud du Péloponnèse. A l’occasion de l’Assomption de Marie le 15 août des musiciens jouaient et le village entier - hommes, femmes, enfants, grand-mères - dansaient autour du puits au centre du village.

 

Invitée par les habitants du village j’essayais tant bien que mal de suivre les pas, et voici l’initiation de la découverte d’une grande passion, qui devenait une nouvelle partie très importante de ma vie.

 

Lors de cours de week-ends et des stages de danse réguliers en Grèce mon répertoire de danses s’est étoffé et j’ai plongé de plus en plus profondément dans la culture et les traditions grecques.

 

En 2003 j’ai fondé un groupe de danse à Neuchâtel que j’enseigne régulièrement, depuis 2015 j’organise des stages de danse en Crète, et depuis 2016 j’enseigne aussi des danses à Uster.

 

A présent je parle couramment le grec moderne ; je voyage plusieurs fois par année en Grèce pour apprendre de nouvelles danses, y faire de la musique, pour découvrir les traditions riches de ce pays, et pour passer du temps avec mes amis.

 

Dans mes cours je tiens à ne pas transmettre uniquement les pas de danses, mais aussi le fond culturel. La rencontre avec les habitants est une partie importante lors de mes stages.

 

Je collabore régulièrement avec des musiciens et des professeurs de danses de Grèce. Et je joue moi-même sur l’accordéon beaucoup de danses, ou j’en accompagne sur le daouli, sorte de tambour. Car je trouve que danser sur musique live avec un vrai échange entre les danseurs et les musiciens, c’est une expérience fascinante.

 

A travers mes multiples contacts en Grèce je vis aussi de très près les suites de la crise économique du pays. Les voyages que j’organise et mes stages avec des musiciens que j’invite sont une petite contribution pour donner du travail et ainsi un peu de soutien financier et moral pour des gens pour qui la situation est si difficile.

 

Mon métier principal est l’enseignement du piano dans les écoles de musique de Uster-Greifensee-Mönchaltorf et L’Ecole de musique de la ville de Zurich. J’ai fait mes études de piano de 1992-1997 au Conservatoire de Musique de Neuchâtel. Ensuite j’ai suivi une formation à l’Initiation de la Musique à la Musikakademie de Bâle de 2001-2003, et j’ai fait une formation de pédagogie de danse moderne à L’Académie Artistique de Remscheid en Allemagne de 2003-2009. Toutes ces formations sont pour moi une base très solide pour la compréhension et la transmission des musiques et des danses grecques.


Grigoris Sideras
Grigoris Sideras

J’aimerais aussi présenter Grigoris Sideras, musicien interprète et compositeur. Il habite à Arnissa près d‘Edessa, au nord de la Grèce.

 

Il vient régulièrement en Suisse pour jouer pour mes cours de danse. Ses racines familiales sont au Pontos (Asie mineure), et il est fier de maintenir à travers la musique et la danse les traditions de ses origines. Il joue de la gaïda (sorte de cornemuse), de la lyre du Pontos, de la flûte, de la clarinette et de la lyre crétoise. Ce multi-talent sait interpréter des danses de presque toutes les régions de la Grèce.

 

Il écrit lui-même des chansons dans le style traditionnel du Pontos, autant la musique que les textes.

 

Il est pour moi un soutien indispensable pour mes cours en Crète, et il a toujours de nouvelles idées pour surprendre le groupe. Avec son caractère joyeux, cordial et plein d’humour il est devenu, pour les participants qui l'ont unanimement adopté, un lien fort et personnel avec la Grèce.